Share this with your friends via:

Bar Council: nouvelle convocation en vue pour Mary-Jane Yerriah

Teleplus 09 September, 2016 15:40

L’avocate a fourni des explications au Bar Council le jeudi 8 septembre dans le cadre de la polémique entourant sa nomination à l’Equal Opportunities Commission (EOC).

Elle devra cependant retourner devant cette instance ultérieurement pour de plus amples explications car elle doit, au préalable, « accomplir certaines choses ».


Me Mary-Jane Yerriah était accompagnée de l’avocat Raouf Gulbul. Elle s’est refusée à tout commentaire à sa sortie du Bar Council. Par contre, Me Yahia Nazroo, secrétaire du conseil, a confirmé que l’avocate fournira de plus amples explications ultérieurement.

Mary-Jane Yerriah, 31 ans, a démissionné de ses fonctions d’assesseur à l’EOC le 11 août. C’est l’avocat Rouben Mooroongapillay qui avait révélé son inéligibilité à ce poste, vu qu’elle ne compte pas cinq ans de pratique au barreau.

Le Bar Council s’est réuni, ce jeudi 8 septembre, sous la présidence de Me Raymond d’Unienville, Queen’s Counsel. L’Attorney General Ravi Yerrigadoo était également présent, de même que les autres membres du conseil : Mes Mooloo Gujadhur, Narghis Bundhun, Senior Counsel, Yahia Nazroo, Jacques Tsang Man Kin et Anusha Rawoah, State Counsel.

Par ailleurs, deux autres avocates ont été appelées à fournir des explications au Bar Council sur « certaines affaires » qui les concernent. Il s’agit de Mes Melany Nagen et Lovena Sowkhee. Me Yahia Nazroo n’a pas voulu révéler la nature de leur convocation, précisant qu’il s’agit d’une affaire strictement privée :

« La convocation de Mes Melany Nagen et Lovena Sowkhee ne relève pas de l’intérêt public. Elles ont été appelées à s’expliquer sur certaines affaires. »


La légalité de l’Equal Opportunities Commission contestée

Deux avocats affirment que l’Equal Opportunities Commission n’a pas été constituée en droit depuis le départ de Me Mary-Jane Yerriah. Mes Joy Beeharry et Hisham Oozeer ont formulé une motion conjointe devant la commission pour contester la légalité de celle-ci lors de l’affaire Thomas Cook v Reesaul.

Selon les deux avocats, l’article 27 (1) de l’Equal Opportunities Act précise que la commission doit être composée d’un président et de trois membres. Or, ils estiment que cette exigence n’a pas été respectée. Ils contestent ainsi la validité de l’EOC. Toutefois, le président de la commission Khalid Tegally soutient que la commission peut fonctionner avec un président et deux membres. La motion sera débattue à une date ultérieure.