Share this with your friends via:

Une famille à la rue : leur maison prend feu pour la quatrième fois en quatre mois

Teleplus 14 September, 2016 13:46

Ils se retrouvent à la rue. Sept membres de la famille André, dont quatre enfants de cinq à huit ans, ont tout perdu dans l’incendie de leur maison, à Résidence St Malo, Baie-du-Tombeau, mardi matin. L’origine reste inconnue. Selon les sinistrés, « en quatre mois, c’est la quatrième fois que le feu éclate dans la maison ».

Une famille à la rue : leur maison prend feu pour la quatrième fois en quatre mois


Les trois pièces du logis fait de poutres de bois, sous tôle, ont été réduites en cendres. « Sa mem nou reste », lâche Jean Judex, 29 ans, en montrant son T-shirt et son short. Ce père de deux enfants n’en revient toujours pas. Cela faisait huit ans qu’il vivait dans ce logis : « Pa kone kot pou ale avek bann zanfan. »

Des pertes considérables

Sa sœur Selvine, âgée de 24 ans, est la dernière à être sortie de la maison. « Enn sans pa ti ena personn dan lakaz », dit-elle. C’est vers 10 h 30 que le feu a éclaté. « Les enfants étaient à l’école, mon frère était sorti et je m’apprêtais à partir », dit-elle.

Elle a été rattrapée par sa voisine. « La maison était en flammes. J’ai accouru. Le feu avait tout ravagé, sous le regard impuissant des badauds. » La police de Baie-du-Tombeau et les pompiers ont été mandés.

« Les pertes sont considérables », indique Anna, la voisine. « Lits, armoires, portes, téléviseur, lecteur vidéo… tout est parti en fumée. De même que de nombreux effets, dont des meubles, qui ont été achetés à crédit. »

Selon, Judex et Selvine, ce ne serait pas la première fois qu’un feu se déclare dans la maison. « Nous avions pu éviter le pire, sauf qu’on ne sait pas comment cela est arrivé », indique Selvine. « Mardi, nous n’avons pas eu cette chance », lâche-t-elle. « Les enfants sont chez les grands-parents. Nous ne savons plus où dormir. »

Ils lancent un appel à la solidarité. « Il ne nous reste plus rien. Nous faisons appel à la générosité des membres du public. S’ils ont un matelas, un lit, des vêtements ou tout ce qui peut nous aider, qu’ils viennent nous voir. »