Share this with your friends via:

SAJ explique le «second communiqué» sur Heritage City : «Roshi Bhadain a agi de bonne foi»

Teleplus 12 September, 2016 18:09

Le Premier ministre sir Anerood Jugnauth, en conférence de presse lundi après-midi 12 septembre au Bâtiment du Trésor, explique le « second communiqué » émis vendredi 9 septembre pour dire que le Conseil des ministres a décidé de « revived » le projet Heritage City.

Sir Anerood Jugnauth parle d’un « cafouillage » depuis la dernière réunion du Conseil des ministres :


« Comme Premier ministre, j’ai soulevé la question du projet Heritage City au Conseil des ministres. J’ai dit qu’une forte somme d’argent a été dépensée et nous devons toujours une autre somme d’argent. C’est l’argent public, et en connaissance de cause nous ne pouvons laisser le projet Heritage City tomber à l’eau. »

Sir Anerood Jugnauth affirme qu’il a alors dit son intention de mettre sur pied un comité pour étudier tout le projet, soulever les vrais problèmes et « si nous pouvons les résoudre » nous allions revenir au Conseil des ministres pour « discuter et approuver » le projet Heritage City :

« À aucun moment, je n’ai dit que nous allions discuter du projet aujourd’hui [vendredi 9 septembre] au Conseil des ministres. Ce n’est pas vrai. Il y a eu un cafouillage. Apparemment, il y a eu un premier communiqué du Conseil des ministres, et je n’étais même pas au courant de ça, je dois l’avouer, qui ne faisait aucune mention du projet Heritage City, ce que l’on m’a fait comprendre.

« Apparemment, c’est Roshi Bhadain qui a téléphoné à Gaonjur [Yanduth Gaonjur est Permanent Secretary au Bureau du Premier ministre, ndlr] pour lui demander pourquoi aucune mention n’a pas été faite de Heritage City dans le communiqué. Je pense que Roshi Bhadain a agi de bonne foi, parce que nous allons nous rencontrer et discuter du projet Heritage City lors du comité que j’ai mis sur pied. »

Sir Anerood Jugnauth explique alors que son conseiller en communication Dev Beekharry était en possession du second communiqué qui fait mention « revived » :

« Je pense que le mauvais mot a été utilisé. Il n’a jamais été question de “revived”, mais comme je l’ai dit, un comité va reconsidérer le projet, et “apre si ena pou « revived » pou amenn au Conseil des ministres”. Cela doit être très clair. Au lieu de « revived », le mot « reconsidérer » aurait dû être utilisé », affirme sir Anerood Jugnauth.