Share this with your friends via:

Eid ul-Adha: inquiétude et impatience devant Soreefarm

Teleplus 11 September, 2016 13:37

Nul ne semble vouloir lâcher prise. D’un côté, il y a les autorités qui maintiennent leur décision de ne pas autoriser la livraison des bœufs de la ferme Socovia, à St-Martin, de Soreefarm à Albion ainsi que de la ferme des Jhurry, à Albion, certains animaux ayant contracté le virus de la fièvre aphteuse.

Eid ul-Adha: inquiétude et impatience devant Soreefarm

De l’autre, il y a les clients qui ont réservé des bœufs pour la fête de l’Eid ul-Adha, célébrée ce lundi 12 septembre, et qui exigent de recevoir leur livraison. Après une nuit de tension durant laquelle ils se sont massés devant la ferme de Socovia, ils étaient plusieurs à avoir fait le déplacement à la ferme de Soreefarm à Albion, le dimanche matin du 11 septembre, pour faire entendre leur voix.


A commencer par la ferme Soreefarm, où la tension était palpable ce matin, plusieurs clients mécontents s’y étant regroupés dans la matinée. « Demain (lundi 12 septembre ; NdlR) nous devons pratiquer les rites du qurbani. Nous exigeons nos animaux », martèlent certains d’entre eux. Ils disent ne pas comprendre pourquoi l’interdiction ne frappe que les bœufs, alors que les cabris et les moutons, qui se trouvent dans la même ferme, sont, eux, livrés.

Selon eux, les animaux sont en bonne santé. De plus, disent-ils, les 225 bœufs de Soreefarm sont toujours là et aucune mort n’est à déplorer. Pour avoir un contrôle de la situation et éviter tout débordement, des policiers et des éléments de la Special Supportining Unit (SSU) ont dû être mandés sur le site.

Forte présence policière également dans la matinée du dimanche 11 septembre devant la ferme de la société Socovia, à St-Martin – l’un des principaux importateurs de bétail à Maurice –, où un petit groupe de clients mécontents s’est rassemblé, réclamant la livraison des bœufs.

S’il n’y avait que 1 100 bœufs disponibles sur le marché pour l’Eid ul-Adha jusque-là, ce chiffre a été ramené à 600, le samedi 10 septembre, après que les fermes des Jhurry et de Soreefarm ont été elles aussi affectées par la fièvre aphteuse.

A 13 heures, la situation était sous contrôle à Soreefarm.