Share this with your friends via:

Adieux déchirants à la petite Eleana Gentil

Teleplus 16 April, 2015 21:53

Les funérailles de la petite Eleana Gentil ont eu lieu jeudi après-midi 16 avril en l’église Sainte-Thérèse à Curepipe.

Cité Anoska pleure la disparition de la petite Eleana GentilleVive émotion, mais aussi colère et incompréhension se lisaient sur les visages. Des Mauriciens et plusieurs personnalités ont tenu à rendre un dernier hommage à Eleana Gentil. Le corps de cette fillette de 11 ans a été retrouvé mercredi 15 avril dans une chasse à Nouvelle-France. Elle était portée manquante depuis samedi 5 avril.À 12 h 30 jeudi 16 avril, le convoi mortuaire quitte la résidence des parents d’Eleana Gentil pour se rendre en l’église Sainte-Thérèse. La mère Mirella est inconsolable. Très affaiblie, c’est avec l’aide des proches qu’elle s’est rendue à l’église. « Ce ne sont pas des humains. Ce sont des bêtes. Pa kone ki kalite douler tonn gayne mo piti, mo pe gayn parey », pleure-t-elle. Le père biologique d’Eleana Gentil, qui habite Port-Louis, est lui aussi présent lors des funérailles. Il n’arrive toujours pas à croire ce qui s’est passé. « C’est très triste. C’est mon ex-femme qui m’a téléphoné pour m’informer qu’Eleana avait disparu. La police était même venue chez moi pour vérifier », souligne le père d’Eleana. Ceux qui ont connu Eleana Gentil garde d’elle le souvenir d’une petite fille tranquille qui aimait jouait. Comme Béatrice Perrine, la cousine de la fillette : « C’est une tristesse. Elle était innocente. Elle ne cherchait pas de problème. » Depuis ce drame, certains habitants de cité Anoska, où vit la famille Gentil, disent vivre dans la crainte tant que le coupable sera en liberté : « Nous avons peur de marcher dans la rue. Nous avons peur pour nos enfants tant qu’on ne retrouve pas le coupable. » Pour l’ancien médecin légiste en chef le Dr Satish Boolell, la police ne doit pas écarter la piste de vengeance : « L’atrocité de ce crime me fait penser à des jeunes. » Si la police n’écarte pas la possibilité que l’auteur de ce crime soit un membre de l’entourage d’Eleana, son grand-père dit ne soupçonner personne en particulier : « Il faut trouver le coupable. Et je veux voir son visage ! » Eleana Gentil, portée manquante depuis dimanche 5 avril, a été retrouvée morte mercredi 15 avril sur un terrain en friche à proximité de la chasse connue comme Petit-Constantin à Lapeyre, Nouvelle-France. L’autopsie pratiquée mercredi après-midi 15 avril à l’hôpital Victoria par le chef du service médico-légal de la police, le Dr Sudesh Kumar Gungadin et son second le Dr Maxwell Monvoisin a certes pu établir une fracture du crâne. Mais l’autopsie n’a pu déterminer la cause du décès, ni si la petite Eleana Gentil a subi une agression sexuelle ; les parties génitales étant en état avancé de décomposition. La tête était séparée du corps. Des policiers, présents aux funérailles, explique que l’enquête suit son cours et que des développements sont à prévoir.