Share this with your friends via:

Décès d’Iqbal Toofanny : pas de remise en liberté conditionnelle pour les cinq policiers

Teleplus 20 March, 2015 14:53

Les cinq policiers, arrêtés dans le cadre de l'enquête sur le décès d'Iqbal Toofanny, ont été de nouveau présentés devant la justice vendredi 20 mars. Cette fois, une accusation provisoire d’assassinat [murder] a été retenue contre eux.

Décès d’Iqbal Toofanny : pas de remise en liberté conditionnelle pour les cinq policiersLa police a objecté à leur remise en liberté conditionnelle lors de leur comparution au tribunal de Bambous. Me Samad Goolamaully, avocat d'un des policiers, a présenté une motion réclamant l’abandon de l’enquête judiciaire instituée par le Directeur des poursuites publiques (DPP) pour faire la lumière sur les circonstances entourant le décès d’Iqbal Toofanny. L’homme de loi a souhaité qu’une enquête préliminaire soit instituée à la place. Le magistrat Daniel Dangeot a informé Me Samad Goolamaully que le DPP étudie le dossier et qu’une décision sera prise avant le 26 mars. Des proches d’Iqbal Toofanny étaient présents au tribunal de Bambous vendredi 20 mars. La comparution des cinq policiers a été aussi marquée par une forte mobilisation de la force policière et des membres de la Special Supporting Unit (SSU). Initialement accusés à titre provisoire de « torture », les cinq policiers ont été de nouveau arrêtés jeudi 19 mars par le Central CID (CCID). Ils ont passé la nuit en cellule. Iqbal Toofanny, un Vacoassien de 42 ans, est décédé le 2 mars à l'hôpital Victoria, alors qu'il était sous garde policière. Il avait été arrêté la veille par la police de Rivière-Noire, car la vignette d'assurance de sa voiture ne correspondait pas à sa plaque d'immatriculation. Ses proches soupçonnent qu’il a été victime de brutalité policière. Le rapport final d’autopsie, suivant les analyses du Forensic Science Laboratory (FSL) a été soumis à l’ACP Jangi. Il ressort du rapport que les marques de coups et blessures décelés sur le corps d’Iqbal Toofanny auraient provoqué son décès. Le chef du département médico-légal, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a attribué la cause du décès à un œdème pulmonaire. Plusieurs échantillons sanguins avaient été envoyés au FSL pour des analyses poussées.