Share this with your friends via:

Cyclone Bansi : manifestation des ex-sinistrés

Teleplus 15 January, 2015 17:49

C’était la grogne jeudi après-midi 15 janvier devant le bureau de la Sécurité sociale au bâtiment Astor Court à Port-Louis, où des ex-sinistrés du cyclone Bansi sont venus récupérer leurs allocations financières ; allocations qu’ils jugent insuffisantes.

Ils ont obtenu entre Rs 126 et Rs 166 pour un jour passé dans un centre de refuge. Les protestataires disent avoir reçu une allocation de Rs 400 dans le passé. « Nous sommes restés dans le centre durant trois jours. Maintenant que nous nous apprêtons à récupérer notre chèque, nous apprenons que nous n’aurons que Rs 126 », déplore un manifestant. « Nous n’avons rien à manger. Peut-on vivre avec Rs 126 ? Ki pou fer avek sa ? Ki pou aste avek sa ? » se demande une dame. « Bizin pay nou. Kifer li pa oule pay nou ? Li fer koumsa avek nou. L’eau s’est infiltrée dans ma maison et a endommagé mes effets personnels. La dernière fois il n’y avait pas autant de dégâts et nous avons reçu Rs 400. Mais nous aurons Rs 165 pour un seul jour passé dans un centre de refuge. C’est peu ! Nos enfants ne peuvent pas partir à l’école, car les matériels scolaires ont été abîmés », fulmine une ex-sinistrée. La ministre de la Sécurité sociale Fazila Jeewa-Daureeawoo, dans une déclaration à Radio Plus, affirme que les ex-sinistrés doivent comprendre les règlements du ministère ; précisant que les sinistrés ont droit à Rs 165 pour chaque jour passé dans un centre. Fazila Jeewa-Daureeawoo explique aussi que ses officiers sont à pied d’œuvre pour que le paiement des allocations se fasse en toute transparence : « Ces personnes sont venues à Astor Court depuis 13 heures. Il y a cependant des vérifications à faire. Pour que tous les sinistrés obtiennent leur argent, ils doivent obtenir un memo de la police. La compensation n’est pas de Rs 400 par jour mais Rs 165. Il faut qu’il y ait une campagne d’explication pour qu’ils comprennent les règlements », affirme la ministre à Radio Plus.